Search and Hit Enter

À PROPOS

[et_pb_section fb_built=”1″ _builder_version=”4.4.2″][et_pb_row _builder_version=”4.4.2″ custom_margin=”|auto||8px||” custom_padding=”21px|||||”][et_pb_column type=”4_4″ _builder_version=”4.4.2″][et_pb_text _builder_version=”4.4.2″ custom_padding=”|1px||27px||”]

LE MANIFESTE

À l’intersection est un espace d’expression pour les diasporas dans toute leur intersectionnalité. Ce projet est né d’un constat : l’expérience singulière d’une partie de la population française était peu (ou pas) médiatisée. Ces personnes, prises entre des discours politiques erronés et une représentation médiatique moindre, se trouvent souvent dans l’incapacité de parler pour elles-mêmes. C’est pourquoi ce projet vise à offrir un autre regard sur les français d’origine étrangère, dont les réalités et les expériences sociales ne sont pas toujours similaires au reste de la population. À l’intersection vise également à leur donner la parole pour se raconter au quotidien, loin des clichés et des approximations, pour se faire entendre par tous les français. 

Parce que chaque individu, quelle que soit son origine (sociale, ethnique), est différent, il est important de sortir d’un schéma narratif qui met de façon triviale tout le monde dans le même sac et considère l’expérience « noire » ou « maghrébine », par exemple, comme une uniforme. C’est la raison pour laquelle  à l’intersection s’appelle comme tel : chaque personne est le fruit de plusieurs intersections. Plus celles-ci sont nombreuses, plus la trajectoire de vie devient compliquée, la route étroite, sinueuse et cabossée. 

Mais c’est quoi être à l’intersection, concrètement ? C’est le fait d’être le fruit d’un patchwork d’identités différentes qui, parfois, ont du mal à cohabiter. Noir, maghrébin, arabe, asiatique, homme, femme ou non-binaire, queer, trans, handicapé, croyant ou non, issu d’un quartier populaire ou d’une banlieue, il devient quelquefois difficile d’assumer autant de caractéristiques différentes en fonction de la situation. C’est dans cette optique que ce projet journalistique est né : pouvoir parler de la vie de chacun en prenant en compte leur individualité.

À l’intersection tente de mettre des mots sur les expériences des diasporas en traitant de sujets aussi divers allant de la culture, à la politique en passant par la santé (mentale), les questions raciales, de genre et de classe. Tout ça, de la façon la plus impartiale possible. 

Ce serait mentir que de retirer le caractère engagé de ce projet, puisqu’il est né d’une certaine frustration, celle de ne pas se sentir représenté. Mais le contenu proposé chez à l’intersection se veut objectif. Le but est, d’une part, de permettre aux diasporas de lire et d’écouter des productions journalistiques qui leur ressemblent et auxquelles elles peuvent s’identifier, à travers, entre autres, des éléments de re-contextualisation (par l’histoire, la sociologie, l’anthropologie, etc) des mécanismes d’oppression et de pouvoir. D’autre part, elle permet aux personnes qui ne sont pas issues de ces milieux-là, de ces diasporas, de s’informer sur des sujets qui peuvent leur paraître lointains et hors de portée. 

À l’intersection, c’est un podcast avant tout, mais aussi des articles écrits sur des sujets cherchés et fouillés afin d’apporter le plus d’informations et de nuances possibles. 

Le site est constamment en construction, un peu à notre image, et évolue au fil du temps, sans prétendre arriver à une forme finale. 

Alors, à la prochaine, arrêtez-vous à l’intersection. 

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]